Menu

jeudi 25 février 2021

Les Hurleuses (Vaisseau d'Arcane T1) - Adrien Tomas #PLIB2021

 

 
Les Hurleuses est le premier tome du diptyque Vaisseau d'Arcane, une fantasy épique saupoudrée de steampunk. Je n'avais jamais lu de romans d'Adrien Tomas auparavant, bien que certains m'aient grandement tentée. Ce titre étant sélectionné pour plusieurs prix auxquels je participe (PLIB et PIB 2021), c'était l'occasion pour moi de me lancer. Et je n'ai pas du tout été déçue, au contraire, j'ai adoré !

Je mets le résumé éditeur, qui prend en compte les éléments qui m'ont particulièrement plu dans le livre :
Au Grimmark, la magie peut foudroyer en un éclair. Ses victimes, les Touchés, ne sont plus jamais les mêmes : ils possèdent une incroyable puissance, mais leurs esprits sont à jamais anéantis.
Lorsque son frère Solal est frappé par l'Arcane, Sof, infirmière raisonnable et sans histoire, décide de tout risquer pour le sauver du destin de servitude qui l'attend. Dans leur fuite éperdue à travers les steppes infinies et les forêts boréales, ils découvriront un monde sublime et redoutable.
Mais leur liberté est vue comme un affront, leur existence même comme un blasphème. Dans leur ombre, des factions s'affrontent, tissant autour d'eux un écheveau de machinations dont elles tirent les fils avec une virtuosité machiavélique.
La magie n'est pourtant pas une puissance qui se dompte...
 
L'univers de Vaisseau d'Arcane est plutôt complexe. Complexe dans le bon sens : il est riche et très bien construit, vraiment intéressant. Mais ça va être compliqué pour moi de le présenter, car tout est tellement interconnecté qu'il est plus facile d'en comprendre toute la teneur en le découvrant au fil de la lecture. Ce que je peux en dire, c'est que tout tourne autour de l'Arcane, considéré et utilisé de différentes manières selon les peuples. Ainsi certains le considèrent comme une source de pouvoir contenu dans des pierres disséminées dans le pays, tandis que pour d'autres l'Arcane est bien plus que cela (mais je n'en dis pas plus). C'est au Grimmark que le pouvoir de l'Arcane est le plus fort, le plus concentré, tandis que dans d'autres pays son pouvoir est bien plus faible, voire inexistant. Toute la technologie du Grimmark est donc basée sur l'énergie fournie par l'Arcane, ce qui en a fait l'un des pays les plus puissants.
L'aspect géopolitique du roman est ainsi très intéressant. Le Grimmark faisait autrefois partie de la Tovkie mais a profité d'une révolution pour obtenir son indépendance. La Tovkie aimerait bien récupérer le contrôle de ces terres, aussi ces deux pays sont-ils toujours à couteaux tirés. De plus, le Grimmark est en conflit avec le peuple Orc, peuple vivant au nord dans leur propre territoire nommé Les Hurleuses. Alors attention, ce ne sont pas les Orcs que l'on a l'habitude de rencontrer dans les romans de fantasy comme Le Seigneur des Anneaux. Non, ici les Orcs (c'est d'ailleurs le diminutif d'Orchidiens) sont des êtres intelligents liés à la terre, à la végétation. Certaines de leurs caractéristiques physiques font d'ailleurs penser aux plantes (des cheveux qui peuvent rappeler des lianes, une couleur de peau un peu verte, etc.). C'est un peuple que j'ai beaucoup aimé découvrir, leurs coutumes, leurs croyances, leurs valeurs, en total opposition avec les intrigues politiques des autres pays.
Enfin il y a la Fédération Abyséenne, peuple des fonds marins, appelés Poissons-crânes, êtres de la mer qui ont évolués grâce au pouvoir de l'Arcane. Oui, l'Arcane a également le pouvoir de faire évoluer les êtres vivants, y compris les insectes qui, à force d'absorber de son essence, deviennent des Pixies. Bref, le peuple Abyséen, devenu très intelligent, a créé une technologie qui leur a permis d'aller à la surface, à la rencontre des peuples terriens. À présent les Poissons-crânes, déclarés pacifistes, possèdent une ambassade au Grimmark, l'ambassadeur faisant le lien entre les deux peuples. Là encore, le peuple des Poissons-crânes m'a beaucoup intriguée, bien qu'il reste, je pense, encore pas mal de choses à découvrir à leur sujet (sûrement dans le prochain tome).
Je regrette que nous n'ayons pas davantage vu le peuple Pixie : nos héros passeront une nuit auprès d'eux, mais c'est trop peu pour découvrir tout ce qu'ils représentent. Peut-être les reverrons-nous dans la suite ?
Nous avons donc là tout un contexte géographique et politique particulier (et je n'en ai détaillé que la surface) qui va avoir un impact certain sur les aventures de nos personnages.
 
Le résumé ne parle que de Sof et Solal, mais nous allons suivre plusieurs personnages au cours du récit. Quand on me parle de roman choral, j'avoue que cela me fait toujours un peu peur car quand il y a trop de personnages à suivre on peu vite perdre le fil. Mais ici il n'y en a pas tant que ça : je dirais qu'il y en a trois voire quatre principaux, puis quelques-uns que l'on suit de manière occasionnelle. Les chapitres sont présentés de telle manière que l'on sait d'emblée quel personnage on va suivre, et chacun a un caractère bien particulier, ce qui nous évite toute possibilité de les confondre.
L'histoire se déroule au Grimmark et dans Les Hurleuses. Si le Grimmark est un pays puissant grâce à l'Arcane, il est en contrepartie régulièrement menacé par des orages d'Arcane qui peuvent tuer ou radicalement changer l'esprit de la personne touchée. Les Touchés sont physiquement présents, mais mentalement absents, aussi ont-ils l'air de simplets baveux, mais en échange ils possèdent une grande puissance car étroitement liés à l'Arcane. Le Grimmark récupère donc les Touchés pour les étudier puis, selon leur niveau de puissance, leur donner un travail adéquat (alimenter les trains, les canons, etc.) afin de gérer leur puissance qui peut être dévastatrice si elle n'est pas contrôlée.
Solal Gyre, jeune homme fort séduisant et séducteur qui publie dans le journal des chroniques dans lesquelles il critique le pouvoir en place, devient un Touché. Les chapitres relatant son point de vue sont plutôt intéressants : Solal "voyage" en pensée, il a été en quelque sorte expulsé de son corps et visite les pensées d'autres contenants d'Arcane (une pierre, un animal, une personne...). Cela permet de comprendre que l'esprit du Touché est toujours existant, contrairement à ce que les chercheurs du gouvernement disent, mais il est simplement ailleurs. En outre Solal n'est pas un Touché comme les autres, car il reste très attaché à sa sœur, ce qui l'empêche, d'une certaine manière, de partir complètement.
Sofena Gyre le sent, même si c'est au départ inconscient, et c'est pour cette raison qu'elle refuse de laisser son frère aux mains du gouvernement. Sof est une jeune infirmière qui, pour se faire accepter par la communauté des médecins (de gros machos), se fait passer pour une personne simple, pas trop intelligente et ne montrant jamais ses émotions. Mais si elle est quelqu'un de raisonnable, elle possède surtout un très bon instinct et une grande intelligence. Et c'est ce qui va lui permettre de sauver son frère des griffes des scientifiques et des gardes envoyés à leurs trousses. J'ai bien aimé Sof, qui essaie de tout gérer au mieux, de contrôler ses émotions pour ne pas craquer, d'être forte pour deux. Mais elle reste humaine, et la culpabilité, la peur, la fatigue, la colère... toutes ces émotions vont s'accumuler au cours de ses aventures, menaçant d'exploser à tout moment. Heureusement ils vont trouver un allié (ou pas ?) qui va les aider à échapper à leurs poursuivants.
Et on en vient au personnage que j'ai adoré, mon préféré dans cette histoire : Hiéronymus Vénoquist. Nym est un opérateur de l'Edilat (les dirigeants) du Grimmark, une sorte d'agent spécial qui sert à exécuter la volonté des édiles (en gros un espion/assassin). Mais ce n'est là que la partie émergée de l'iceberg que représente Nym. En effet, il obtient un laisser-passer lui donnant tous les droits afin de retrouver Solal et Sof, mais l'on découvre très vite que ses véritables objectifs diffèrent de ceux de l'Edilat. Au lieu de tout faire pour les ramener, il va les aider dans leur fuite. Et tout au long de leurs aventures on se demande quelles sont ses intentions, quel est son but. Car Nym est un personnage extrêmement malin et manipulateur, chacune de ses paroles, chacun de ses actes est orchestré, choisi avec soin. Il ne laisse rien au hasard, jamais. Même s'il va rencontrer pas mal de complications, notamment avec l'arrivée des Orcs. J'adore les personnages de ce genre, manipulateurs, jouant des doubles-jeux, qui nous font nous interroger constamment sur eux, sur leurs objectifs. Un véritable mystère, qui ne dévoilera pleinement son jeu qu'à la toute fin de ce premier tome. Je me demande, du coup, ce qu'il va encore nous mijoter dans la suite...
Pour moi ce sont les trois gros personnages à suivre, bien que Solal soit davantage en retrait par rapport aux autres à cause de sa condition (mais franchement, la suite promet avec lui !). Un autre que nous suivons pas mal, c'est le nouvel ambassadeur Poisson-crâne Gabba Do, avec lequel on va observer un autre pan de la politique grimmoise, mais aussi un peu de la politique abyséenne. J'ai bien aimé ce jeune Poisson-crâne, tout excité de découvrir enfin la vie sur terre, bien que les chapitres le concernant sont moins entraînants que les autres.
Je m'arrête là pour les personnages, même s'il y en a encore quelques-uns dont je pourrais parler avec autant d'entrain tant ils sont aussi bien traités. L'auteur n'en laisse aucun de côté, tous sont développés (certes, les principaux davantage que les autres, ce qui est tout à fait normal), des personnalités complexes, avec leurs qualités, leurs défauts, et leurs secrets surtout.


En bref...
Ce premier tome de Vaisseau d'Arcane est un pur délice, Adrien Tomas ayant ici créé un univers riche et particulièrement bien construit, au contexte géopolitique complexe mais tout à fait compréhensible. Rien n'est laissé au hasard, tout est lié, et le lecteur plonge dans cette aventure avec plaisir, se laissant manipuler comme presque tous les personnages de cette intrigue menée avec brio. Chaque personnage a son caractère propre, à la fois complet et complexe, qu'il s'agisse de personnages principaux ou autres, aucun n'est mis de côté. Pas de manichéisme ici, il n'est pas question de bien ou de mal, chacun se bat pour ses propres convictions, tout simplement. Quoique "simplement" n'est peut-être pas le mot adéquat, rien n'est simple dans ce roman, il ne faut jamais se fier aux apparences. Et la fin, qui constitue un énorme et magistral retournement de situation auquel on ne s'attend à aucun moment, en est la preuve.
Un vrai petit coup de cœur pour moi, donc. J'attends la suite avec impatience !
 
 
#ISBN9782354087838

Aucun commentaire:

Publier un commentaire